Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

Publié le par Nippon-Sensei

Chères lectrices, chers lecteurs,

Bienvenue dans cette deuxième critique d'anime. Après Erased, nous allons parler d'un anime totalement différent mais qui mérite d'être vu, j'ai nommé Osomatsu-san.

© 2015, Pierrot / Akatsuka Fujio

© 2015, Pierrot / Akatsuka Fujio

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

Présentation :

Osomatsu-san est un anime de comédie diffusé depuis Octobre 2015, et produit par le studio d'animation Pierrot (Naruto, Hikaru no Go, Tokyo Ghoul). A ce jour, l'anime est toujours en cours et comporte 23 épisodes (au total, il y en aura 25). Il est réalisé par Yoichi Fujita, celui qui a aussi réalisé l'anime Gintama. En France, l'anime est diffusé en simulcast sur Crunchyroll. Osomatsu-san est tiré du manga Osomatsu-kun (1962-1969), de Fujio Akatsuka. Cet anime a été produit pour célébrer les 80 ans de son auteur original. Le manga Osomatsu-kun est très populaire au Japon, et son auteur est considéré comme étant le Roi des Mangas Comiques au Japon. Tous les auteurs actuels de mangas de gags ont été inspiré par Fujio Akatsuka.

© 2015, Pierrot / Akatsuka Fujio

Synopsis

L'histoire originale d'Osomatsu-kun suit les aventures de six frères jumeaux, les frères Matsuno : Osomatsu, Karamatsu, Choromatsu, Ichimatsu, Jyushimatsu et Todomatsu. L'histoire est une série de gags provoqués par les différentes gaffes et bêtises des sextuplés. Osomatsu-san est une sorte de suite à Osomatsu-kun, puisque nous suivons les aventures des six frères 10 ans plus tard. Âgés d'une vingtaine d'années, les sextuplés n'ont pas vraiment mûris mais tentent quand même de se faire une place dans la société.

Mon avis :

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

Histoire :

Dès le premier épisode, la série commence fort en cassant directement le quatrième mur (c'est-à-dire que les personnages prennent consciences qu'ils sont dans un anime et commencent à d'adresser aux spectateurs). Ce premier épisode est presque dispensable à l'histoire de l'ensemble de la série, mais il permet de présenter et d'instaurer le ton de la série, un ton très humoristique et très rythmé, pleins de références, de jeux de mots, de situations absurdes, etc. Cependant, il ne faut pas se laisser emporter et juger la série uniquement par son premier épisode, car il est beaucoup plus "explosif" dans les références que les autres, et on pourrait penser que l'humour de la série se limiterait à un humour référencé à la Gintama, multiplié par 100.

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

A partir du deuxième épisode, l'arc narratif commence et se met en place. Nous retrouvons les frères Matsuno, maintenant adultes, en train d'essayer de trouver un travail. A partir de là, l'histoire est une série de moments de vie, de gags différent, mais qui ont pour thème commun l'insertion dans la vie sociale. L'humour de la série est le même que dans le premier épisode, des situations absurdes, burlesques, des références, des jeux de mots, etc. Mais en moins concentré. L'humour général peut faire penser à Gintama pour certains, mais moi, il me fait plutôt penser à Dr.Slump. Au final, c'est surtout un subtile mélange des deux. Une chose est sûre les blagues font mouche.

L'anime traite parfois de sujets plus sérieux et graves, avec une surprenante maturité. On retrouve des problématiques que les jeunes adultes peuvent affronter au quotidien, comme le travail, ou encore l'argent. Ces sujets sont toujours traités avec décalage et second degré, voire plus. Cette profondeur inattendu donne à l'anime un pouvoir quasiment satirique sur la société, plus particulièrement la société japonaise. Je pense notamment au deuxième épisode est à son "Usine Noire" (Black Kôjô), qui est la critique la plus évidente, celle du travail à la chaîne, de la productivité à outrance et de l'esclavagisme moderne.

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

Animation et Design :

L'animation n'est pas désagréable, elle est même plutôt bonne. Mais c'est plus le design général de l'anime et des personnages qui est surprenant et très inhabituel. Dans le premier épisode, on commence en noir et blanc, pour rappelez Osomatsu-kun (le manga et sa première adaptation en anime ont été publiés dans les années 1960). Ensuite, on passe à un style très classique, très moderne, et surtout très "bishônen". Mais, les designs du premier épisode sont temporaires et existent uniquement pour les blagues et les gags de cet épisode, dans lequel, les frères Matsuno vont tout faire pour rendre l'anime populaire pour notre époque.

Au final, on arrive dès la fin de l'épisode 1, au style des images ci-dessus, c'est-à-dire un style très coloré. Le character design a l'intelligence de reprendre des éléments du style du manga Osomatsu-kun, qui date des années 1960, en les modernisant très légèrement, mais suffisamment pour obtenir un anime moderne tout en restant fidèle au design original. Au final, on arrive à un résultat unique, presque "cartoonesque", un style qui est donc parfaitement adapté au genre comique de l'anime.

© 2015 AOP / Pierrot

Musiques :

Les deux openings sont à l'image de la série : absurdes, drôles, joyeux, et rythmés. Je n'ai pas vraiment besoin d'en dire plus. L'opening et sa musique sont parfaits et collent parfaitement au ton de la série. Les endings quant à eux, sont drôles. En effet, les voix des personnages de la série y participent. Les endings sont donc la continuité de l'épisode et fonctionnent parfaitement. Ce ne sont certes pas des œuvres musicales exceptionnelles, mais ce n'est pas ce qu'on demande à ce type de musique. Pour moi, un bon opening et un bon ending sont ceux qui collent à l'esprit de l'anime. Dans le cas d'Osomatsu-san, ils sont très bons.

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

Personnages :

Comme vous vous en doutez les caractères des personnages sont assez atypiques. D'un côté, nous avons, les sextuplés. Bien qu'ils soient similaires physiquement, ils ont chacun un caractère différent. Ces différences de caractères donnent lieu à des conflits entre frères et, évidemment, des situations absurdes et drôles. Osomatsu est l'aîné, c'est pour ça qu'il s'auto-proclame "leader" de la fratrie, alors qu'il n'est pas forcement le plus responsable d'entre-eux. Karamatsu pense être charismatique et confiant, cependant il ne se rend pas compte de ce qui se passe réellement autour de lui. Karamatsu est du genre à sortir une réplique faite pour être cool, mais en réalité, cela donne lieu à des situations où ses frères l'ignorent. Choromatsu est la "voix de la raison" du groupe et probablement le plus logique et rationnel, c'est aussi pour cela que ses frères le prennent souvent pour cible. Ichimatsu a toujours un air fatigué, et il est probablement le plus réservé des frères, c'est un solitaire. Jyushimatsu est le plus enfantin des frères et il est très souvent surexcité. Enfin, Todomatsu apparaît mignon et innocent en surface, c'est le plus efféminé du groupe, pourtant il se révèle aussi être manipulateur.

Toutes ces personnalités combinés dans un seul et même anime donne un cocktail explosif d'humour, de gags, de situations absurdes et burlesques. Vous ne vous en laisserez jamais. Ajoutez à cela, des personnages secondaires tous plus uniques, et tarés les uns que les autres, et vous obtenez, probablement, l'un des meilleurs animes comiques de tous les temps.

Conclusion :

Bien que cet anime joue, en partie, de la nostalgie des spectateurs japonais. Cet anime reste un très bon hommage à l'oeuvre de Fujio Akatsuka. C'est un anime tiré d'une série culte, que je recommande à tout le monde, surtout si vous aimez l'humour absurde typiquement japonais, à plusieurs moments vous vous demanderez "Mais qu'est ce que je regarde ?...", mais vous serez captivé par cette absurdité. L'animé est très bien rythmé et nous fait passer un message satirique et plus profond que ce qu'on aurait pu penser, entre deux jeux de mots et deux gags bien placés. En effet, l'histoire peut paraître simpliste, mais en réalité elle est profonde, intelligente et bien écrite. Les personnages sont uniques, attachants et leurs interactions donnent lieu à des situations burlesques et absurdes absolument hilarantes, grâce à leur caractère stéréotypé et poussé jusqu'à l'extrême. Vous ne vous ennuierez jamais en regardant un épisode et vous allez rire, jusqu'à en avoir mal au ventre. Cette comédie intemporelle vous fera rire, c'est garantie ! Bref, je n'ai qu'une seule chose à dire : foncez voir Osomatsu-san, c'est dans votre intérêt !

Voilà, c'est la fin de cette critique, j'espère qu'elle vous aura plu et qu'elle vous aura fait découvrir cet anime et aussi le manga associé. N'hésitez pas à donner votre avis sur l'anime pour ceux qui l'ont vu. Quant à moi, je vous retrouve bientôt pour un nouvel article.

したっけ !

Nippon-Sensei.

Critique : Osomatsu-san, la comédie intemporelle.

Commenter cet article