Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portrait : Osamu Tezuka, le Dieu du Manga

Publié le par Nippon-Sensei

Chères lectrices, chers lecteurs,

Bienvenue pour ce nouvel article ! Cet article est le premier d'une longue série, je l'espère, dans laquelle nous ferons le portrait d'une personnalité importante du manga ou de l'animation japonaise.

Nous allons commencer cette série par le plus grand de tous : Osamu Tezuka, alias le Dieu du Manga (oui, rien que ça).

Portrait : Osamu Tezuka, le Dieu du Manga

Tu ne connais pas Osamu Tezuka ? Ne panique pas, après avoir lu cet article tu sauras l'impact qu'il a eu sur le monde du manga et de l'animation. Sauf qu'avec Tezuka c'est pas un petit impact, non ! C'est un énorme impact de météorite ! Un peu comme celle qui a tué les dinosaures.

Portrait : Osamu Tezuka, le Dieu du Manga

Biographie :

Commençons par une petite biographie, on va faire simple et court parce que Wikipédia fait très bien les biographies. Donc si tu veux en savoir plus, tu pourras y faire tour. Mais là, je vais essayer de résumer un peu sa vie, plus particulièrement le début de sa vie et voir comment il en est arrivé aux mangas et quelles ont été ses inspirations.

Osamu Tezuka est né le 3 novembre 1928 à Toyonaka dans la préfecture d'Osaka. Son père était un ingénieur et il avait, chose rare à l'époque, un projecteur de films et une collection d'oeuvre d'un certain Walt Disney ou encore de Max Fleischer (Betty Boop, Koko le Clown). Ainsi, très jeune, il est marqué par ces œuvres et plus particulièrement celles de Disney. Sa mère, quant à elle, l'introduit à la vie artistique et notamment au théâtre, il allait régulièrement au théâtre Takarazuka qui avait la particularité de ne faire jouer que des femmes. Il dessine dès son enfance à l'école primaire et, à partir de 1946, ses premiers mangas sont publiés. A 17 ans, il obtient une place de rédacteur dans le Shôkokumin Shinbun, dans lequel il publiera sa première oeuvre en tant que professionnel, Le Journal de Mâ-chan.

Le Journal de Mâ-chan

Le Journal de Mâ-chan

(© Isan Manga / Kôdansha)
(© Isan Manga / Kôdansha)

En parallèle, il étudie la médecine à l'Université d'Osaka. Et en 1947, il sort son premier gros succès, La Nouvelle Île au Trésor, inspiré du roman occidental, L'Île au Trésor de Robert L. Stevenson. Ce manga est considéré comme étant le premier manga moderne et permet à la carrière de Tezuka de décoller. A partir de là, les œuvres d'Osamu Tezuka deviennent extrêmement populaires, et un véritable engouement national se créé autour de ses mangas. Malheureusement, il est quasiment impossible de lister de façon exhaustive toutes les œuvres du maître, mais on peut les résumer en chiffres : plus de 700 volumes de manga et il a produit plus de 500 épisodes d'anime. C'est absolument gigantesque, il a vraiment touché à tous les thèmes possibles dans le manga et l'animation : de la fresque historique, en passant par la science-fiction, le fantastique, le shôjo voire même le manga érotique.

Ce que j'ai cherché à exprimer dans mes œuvres tient tout entier dans le message suivant : Aimez toutes les créatures ! Aimez tout ce qui est vivant !

Osamu Tezuka dans la Postface de Blackjack : Edition Deluxe, t.0, Asuka, 2007

Œuvres :

Même si on ne peut lister toutes les œuvres du maître, nous pouvons au moins citer ses mangas les plus connus :

Astro Boy (ou Tetsuwan Atomu) :

© 1963, Tezuka Productions

Le manga Astro Boy est sorti en avril 1952 au Japon dans le Shônen Kobunsha. On suit les aventures du petit robot, Astro. La première adaptation anime de cette oeuvre date de 1963 et elle a été produite par Osamu Tezuka en personne. Le manga a connu d'autres adaptations en anime, plus modernes, une dans les années 1980 (qui a été diffusée dans le Club Dorothée en France) et une autre en 2003.

Cet anime est la première série d'animation japonaise à être diffusée à la télévision chaque semaine. C'est donc le premier anime tel qu'on le connait aujourd'hui, c'est-à-dire un anime télévisé, destiné au grand public, et qui est diffusé de façon hebdomadaire. La sérialisation des animes permet de fidéliser une audience sur le long terme et de toucher un large public qui peut s'étaler sur plusieurs générations. Les techniques d'animations sont novatrices et elles sont encore utilisées aujourd'hui, car elles permettent de produire un épisode plus rapidement tout en dépensant moins d'argent, notamment en réutilisant plusieurs fois une même scène dans un épisode.

Black Jack :

© 2004, Tezuka Productions

Publié en 1973, le manga Black Jack nous raconte les aventures d'un chirurgien de génie mais qui exerce sans licence dans une sorte de "marché noir" de la médecine. Tezuka, ayant étudié la médecine, nous offre un manga très personnel, qui traite de sujets divers qui font encore aujourd'hui débat dans la communauté médical. Un manga qui est un peu sa version du gekiga (un genre de manga dans les années 1960-70 qui traite de sujets dramatiques, graves. Un genre qui s'adresse plutôt à un public adulte). Il montre qu'on peut faire un gekiga qui parle à la fois aux adultes et aux plus jeunes.

Le Roi Léo (ou Janguru Taitei) :

© 1965, Tezuka Productions

(Cliquez pour agrandir)
(Cliquez pour agrandir)

J'ai mis la version anglaise exprès, pour bien vous montrer que l'oeuvre de Tezuka a eu aussi une influence sur l'animation occidentale. Le Roi Léo est un manga sorti en 1950 et a connu une première adaptation en série animée en 1965, devenant ainsi la première série télévisée animée japonaise en couleur. Le succès est tel que Disney se serait largement inspiré de l'oeuvre pour créer le film d'animation, le Roi Lion (1994). Même si Disney n'a jamais confirmé cette information, les similitudes sont frappantes. (voir l'image ci-jointe)

Je n'ai parlé que de quelques unes des grandes œuvres de Tezuka, J'aurais pu aussi évoquer des mangas comme Bouddha ou Phénix, l'oiseau de feu. Si vous êtes intéressé je vous invite à consulter ces œuvres en détail par vous-même.

(Faust © Tezuka Osamu / Cliquez pour agrandir)
(Faust © Tezuka Osamu / Cliquez pour agrandir)

Impacts et Influences :

Osamu Tezuka était le pionnier du manga moderne, il a été le premier à utiliser des styles et des techniques de dessins encore utilisés aujourd'hui dans les mangas actuels, mais aussi dans les bandes-dessinées occidentales. Par exemple, le découpage très cinématographiques des mangas, la représentation graphique du mouvement et les fameux "grands yeux" des personnages de mangas sont des techniques inventées par Osamu Tezuka. C'est aussi le premier mangaka à avoir eu un véritable succès, ce succès a permis au manga de devenir un média très populaire au Japon et d'être reconnu en tant qu'art. Enfin, comme on l'a vu plus haut, il a aussi créé les animes tels qu'on les connait aujourd'hui.

Aujourd'hui, on discerne chaque année depuis 1997 le prix culturel Osamu Tezuka, c'est le prix ultime pour tous les mangakas. Et depuis 1971, on discerne aussi le prix Tezuka qui récompense les jeunes mangakas. Ses séries continuent encore aujourd'hui à vivre, notamment avec le manga Young Black Jack et la nouvelle série animée, Astroboy Reboot. Et son studio d'animation, Tezuka Productions (précédemment Mushi Production) existe encore aujourd'hui.

La musique d'Astro Boy est jouée dans la station de Takadanobaba à Tokyo

De nombreux artistes japonais et occidentaux se sont inspirés des œuvres de Tezuka, comme par exemple Akira Toriyama (Dr.Slump, Dragon Ball), Hayao Miyazaki (Princesse Mononoké, le Voyage de Chihiro, ...) ou encore Stanley Kubrick (2001: L’Odyssée de l'Espace, The Shining).

Osamu Tezuka meurt en 1989, mais son héritage continue de vivre. Il a marqué à jamais le monde du manga, de l'animation japonaise. Il mérite largement les quelques 28 prix et distinctions qu'il a reçu et il mérite toutes les louanges et toute l'admiration possibles de la part de tous les fans de mangas et d'animes dans le monde entier.

Les visiteurs étrangers ont souvent du mal à comprendre pourquoi les Japonais lisent autant de mangas. Une explication de la popularité de ces bandes dessinées japonaises dans notre pays est que le Japon eut Tezuka Osamu, là où d’autres nations n’eurent aucun équivalent. Sans Tezuka-sensei, l’explosion de la bande dessinée dans le Japon d’après-guerre eut été inconcevable.

Asahi Shinbun, février 1989

Merci d'avoir lu cet article, j'espère que celui-ci vous aura fait découvrir Osamu Tezuka. N'hésitez pas à lire les autres articles si vous avez le temps. On se retrouve très vite pour de nouveaux articles.

したっけ !

Nippon-Sensei.

Portrait : Osamu Tezuka, le Dieu du Manga

Commenter cet article